Six-Planes

Petit hameau composé d’une vingtaine de fermes en schiste groupées de part et d’autre de la chapelle Notre-Dame de Lourdes. Il s’agit de l’un des plus petits villages de la commune avec 57 habitants.

La quiétude de ce petit village est quelque "peturbée" lors de la kermesse annuelle organisée par le comité des fêtes début aout.

Historique

Pour Six-Planes, qu’en patois on prononce « Tchî-Planes », d’aucuns voudraient donner l’explication toute simple de six (chî) « planes » ou platanes, lesquels auraient maintenant disparu. Mais, cette hypothèse n’est pas convaincante car un ancien manuscrit datant de 1205 nous parle d’un certain « Simon de Caraplatano » que les spécialistes traduisent par « Cher Platane ».

En 1234, Jacques d’Orchimont céda à l’évêque de Liège, par ailleurs duc de Bouillon, les villages qui allaient constituer la seigneurie de Gros-Fays, une des plus importantes du duché. Outre Six-Planes et Gros-Fays, la seigneurie s’étendait à Cornimont, Chairière-la-Grande, le fief de Liboichamps et la moitié d’Oizy.

Après être parvenu à garder tant bien que mal, son indépendance et sa neutralité jusqu’en 1795, le duché fut réuni à la France. Gros-Fays et Six-Planes furent incorporés au Département de Sambre-et-Meuse, jusqu’au rattachement de nos régions aux Pays-Bas en 1815.

Pour être complet, nous nous devons de signaler que, pour une raison qui nous échappe, on trouvait au 17e siècle, sur le territoire de Six-Planes, un petit fief, composé de prairies et de champs, dépendant, non pas du duché de Bouillon, mais de la prévôté d’Orchimont.

Ce fief, créé en 1625 par Jean Pigean et Jeanne Mouzon, sa femme, constituait une sorte de fondation, une source de revenus pour les jeunes gens qui se destinaient à la prêtrise.

Chapelle Saint-Donat et Notre-Dame de Lourdes

Petit édifice néo-classique du milieu du XIXe siècle en moellons de schiste chaulés et pierre bleue, restaurée en 1931 par l’architecte Georges Puissant.

On y venait en pèlerinage le dimanche qui suit le 7 août pour invoquer Saint-Donat, contre le feu du ciel.

La Maltournée

En 1837, la route Dinant Bouillon est terminée et on envisagea d’établir un réseau de routes secondaires qui partirait de cet axe pour aller vers d’autres centres importants. C’est ainsi qu’en 1863, on construisit la route de Ramelot (Baillamont) à Sedan. Cette route passait par Oisy avant de descendre sur La Haizette, Alle et de remonter vers la France. Elle coupait le chemin entre Six-Planes et Gros-Fays au lieu-dit Le Chenet (petit tienne). Il n’y avait là aucune habitation.

A cette époque, dans le canton de Gedinne, seuls 3 bureaux de poste existent : Gedinne (1836), Orchimont (1859) et Bièvre (1872). On va instaurer d’autres bureaux. Sugny (1881) et Membre en 1883 (ce dernier étant transféré à Vresse en 1886). Pour relier ces bureaux entre eux, la poste va installer un service de malle-poste qui partira de Graide Station en 1883. Il y eut donc un aller et retour Graide Sugny par Bièvre, Baillamont, Oisy, La Haizette, Vresse, Membre et Sugny. Le long de cette route, elle s’arrêtait à des endroits fixes (bien souvent des cafés) pour laisser reposer les chevaux et les abreuver. En plus du service postal, elle transportait aussi des voyageurs.

La distance entre Oizy et la Hazette étant assez longue et la route montant fort depuis Vresse, deux familles décidèrent de venir construire chacune une maison (café) au carrefour de Chenet.
Les premières maisons construites furent celle de la famille Tichon, du côté de Gros-Fays, et celle de Philippe Bourguignon, vers Six-Planes, côté Vresse. Désiré Bourguignon établira une troisième maison dans les années 1890.

Actuellement, le hameau possède une dizaine de bâtiments.

D’où provient le nom « La Maltournée » ?

Yvon Barbazon, historien local, pense à deux solutions. La première serait sans doute la plus vraisemblable. La première maison construite avait sa face plein Nord. On a certainement dit qu’elle était mal tournée. Mais si l’on regarde le profil de la route, on remarque qu’elle tourne assez fort à cet endroit et que le carrefour qui était calme en 1880 est même devenu dangereux avec l’arrivée des automobiles. Donc une deuxième interprétation pourrait venir du fait que la route tourne mal ?

Sources

(documents disponibles à la Bibliothèque communale de Bièvre)

BARBAZON, Yvon. La Maltournée : Gros-Fays
GERARD, Edouard. Grosfays. In La Province de Namur (petite encyclopédie). Canton de Gedinne. Namur : Vers l’Avenir, 1932, p. 51-54
GERARD, Vincent, GRANDFILS, Jean-Marie, PETIT, Luc. Gros-Fays, Six-Planes : une page d’histoire. 1993.
JAVAUX, Jean-Louis, SCHERER, Pierre. Six-Planes. In Le Patrimoine monumental de la Belgique. Wallonie. Arrondissement de Dinant. Volume 22, tome 1. Sprimont : Pierre Mardaga, 1996, p. 247-248.

Dernière actualité


Nouveau service : PCS : Plan de Cohésion Sociale

Nouveau service : PCS : Plan de Cohésion Sociale

« La cohésion sociale est la capacité d'une société à assurer le bien-être
de tous ses membres. »

Qu’est-ce que le plan de cohésion sociale ?  ==> voici une petite vidéo explicative de la Région Wallonne 

Dans un contexte de précarisation et d’exclusions croissantes, le Plan de cohésion sociale permet de coordonner et développer un ensemble d’initiatives au sein des communes pour que chaque personne puisse vivre dignement en Wallonie.
En créant le Plan de cohésion sociale, la Wallonie veut garantir l’accès aux soins médicaux, à l’emploi, au logement, à la culture, à la formation pour tous les citoyens dans une société solidaire et respectueuse de l’être humain.
Les actions privilégient la mixité sociale tout en s’adressant prioritairement aux personnes précarisées.
Par un travail à long terme, le PCS encourage le citoyen à jouer un rôle actif dans son cadre de vie (coresponsabilité) et dans le retissage des liens sociaux.... Découvrez ici toutes les informations à ce sujet ! 

 

Actualités précédentes


CPAS - Note de politique générale du Président

Nous avons le plaisir de mettre , ici, à votre disposition la note de politique générale rédigée par le Président du CPAS, Monsieur Thierry Léonet, lors du vote du budget 2020.

Au fil des pages, vous pourrez découvrir le résultats (chiffrés et autres) des nombreux services du CPAS au profit de la population biévroises. 

Pour tout complément d'information, n'hésitez pas à contacter Mr Léonet (Tél.: 061/51 30 23 - 0476/ 20 72 15  -  e-mail)

 
Projet Ardenne cyclo - Interreg

  La commune de Bièvre est partenaire du projet Ardenne Cyclo dans le cadre du programme européen INTERREG France – Wallonie – Vlaanderen en collaboration avec 28 partenaires.

Le projet prévoit la création de deux véloroutes de longue distance à travers l’Ardenne transfrontalière : une boucle de 170 km à travers l’Ardenne namuroise et greffée à la voie verte Trans-Ardennes (section de La Meuse à vélo) et un itinéraire linéaire de 110 km reliant l’EuroVelo 5 à La Meuse à vélo.

Cet itinéraire traverse le Luxembourg belge et la vallée de Semois avant de passer la frontière à hauteur de Carignan et rejoindre Remilly-Aillicourt en bord de Meuse en longeant la Chiers.


Pour ce faire, la commune bénéficie d’un subside de 175.000 € financé à 50% par le fonds Européen de Développement Régional (FEDER), 40% par les fonds régionaux (CGT) et 10% par la commune.

 

Agenda

Le 25 janvier 2020 à partir de 20h00

Spectacle - Humour « 2 pour le prix d'1 » de Freddy Tougaux le samedi 25 janvier à 20H au Centre culturel de Bièvre (rue de Bouillon 39A). Info: 061/511 614 ou centreculturel-bievre.com

 
Le 26 janvier 2020 à partir de 09h30

Balade santé ce dimanche 26 janvier à 9h30 pour une promenade de 3 ou 6 km au départ de la Maison médicale de Bièvre ( rue de la Wiaule 7 à Bièvre).

En cas de météo capricieuse pour savoir si la balade aura lieu, téléphonez au 061/860 530

 
Le 03 février 2020 de 20h00 à 22h00

Module de nutrition ce lundi 3 février de 20 à 22H au Centre culturel de Bièvre (rue de Bouillon 39A). 

Autres dates: 2/3, 30/3, 20/4, 11/5

Info: 0478/940 469 ou cbertrume@yahoo.com

 
Tous les événements

Recherche