Petit-Fays

Situé sur les hauteurs, juste avant de descendre vers la Vallée de Semois, Petit-Fays est un petit village paisible qui compte encore 133 habitants.
Une salle des fêtes y a été inaugurée en 2000.

Historique

L’appellation la plus ancienne du village est celle que l’on prononce aujourd’hui encore en wallon : Lu Fayî. Cela vient sans doute du mot latin fagetum qui signifie « hêtre ». A l’emplacement actuel de la localité devait se trouver autrefois soit un hêtre, soit une hêtraie (ce qui est plus probable). Défriché, cet ensemble forestier n’en devait pas moins laisser son nom à une nouvelle agglomération.

On cite Petit-Fays sous les écritures suivantes : Fays, Fay et Le Fays du XVe au milieu du XVIIIe siècle. Mais on parle également de Fays devant Orchimont, et ce qui vaut la peine d’être considéré, Faijs aux mouches (1742), c’est-à-dire Faijs aux abeilles. En effet, Petit-Fays était jadis renommé pour sa production apicole. Les Fayôtès s’adonnaient en si grand nombre à l’élevage des abeilles (mouches à miel) qu’ils furent appelés « Mouchîs ».

Enfin, Edouard Gérard, dans son livre « Canton de Gedinne » 1932, prétend que c’est suite à la transformation dans le parler local de Grauelor Fahi en Gros-Fays (Graufays), que le Fays d’autrefois a reçu l’appellation de Petit-Fays.

Avant le XIII° siècle, Petit-Fays faisait partie intégrante de la seigneurie d’Orchimont et lorsque, vers 1230, Jacques d’Orchimont céda partie de Oizy avec d’autres endroits pour former la seigneurie de Gros-Fays au profit de l’évêque de Liège, Duc de Bouillon, la partie d’Oizy demeurée orchimontoise fut unie à Monceau et Petit-Fays et forma désormais la mairie d’ Oizy, à laquelle Petit-Fays appartint pendant tout l’ancien régime.

La Roche Mouselle, un lieu de refuge

La Roche Mouselle est davantage synonyme de refuge que de lieu de dévotion. Des légendes circulent quant à l’origine de ce site perdu dans la forêt. L’endroit constituant un abri naturel, on raconte que des réfractaires allèrent s’y cacher sous la Convention et le Premier Empire.

Lors de l’invasion allemande en 1914, 126 habitants de Monceau et Petit-Fays se sont enfuis sur des chariots, transportant enfants, malades et personnes âgées. Ils y restèrent plusieurs jours, le temps que des troupes de Uhlans quittent les villages. De leur cachette, ils ne pouvaient être inquiétés par les soldats du Kaiser qui se dirigeaient vers la France toute proche.

Madame Alice Martin se souvient de ce qui s’est passé le 23 août 1914, à l’aube de la Première Guerre mondiale.

Nous habitions le village de Monceau. Dès que l’on annonça l’arrivée imminente des envahisseurs dont on nous avait dit le plus grand mal, on nous a installés, nous les enfants, sur une charrette de M. Félicien Maldague. Son attelage, tiré par deux robustes chevaux ardennais, nous conduisit à la Roche Mouselle. Pendant ce temps, les combats avaient commencé.
Le 25 août à Petit-Fays, position toujours tenue par l’armée française, deux officiers s’étaient arrêtés à l’Hôtel de la Vallée. Ils avaient attaché leurs montures à proximité de l’église toute proche. Soudain, les Allemands entreprirent de pilonner cette position. Un obus éclata près de l’édifice religieux. Terrorisés, les deux chevaux brisèrent leurs liens et s’enfuirent à travers la campagne. La vie s’était organisée à la Roche Mouselle. Pendant que l’on préparait le repas du soir, les 40 enfants jouaient devant la grotte. M. Maldague inquiété par le bruit des obus qui éclataient dans les villages tout proches, sortit de l’abri et nous ordonna de rentrer au plus vite pour réciter le chapelet. A peine le dernier bambin eut-il quitté le chariot, que les deux chevaux des officiers français s’écrasèrent sur l’attelage. Ils avaient couru à travers champs et bois pour déboucher au-dessus de la Roche Moselle. Evidemment, l’invitation du mayeur à nous mettre à l’abri pour prier a été interprétée comme un signe du Ciel. Un miracle destiné à épargner les enfants qui jouaient là. Sans cela, c’est vrai, plusieurs d’entre-nous auraient perdu la vie…

De retour dans leurs foyers, les villageois promirent de construire une grotte mariale à la Roche Mouselle. La guerre prit fin, mais rien ne fut entrepris. Ce n’est qu’en 1940, que les habitants, qui avaient à nouveau trouvé refuge à cet endroit, jurèrent d’être fidèles à leur promesse. On entreprit donc l’aménagement de la grotte en 1942. Elle fut restaurée en 1998 par des bénévoles du Syndicat d’initiative et quelques personnes de Petit-Fays. Depuis cette date, une messe y est célébrée le dernier dimanche de septembre.

Petit-Fays aujourd'hui

A Petit-Fays aussi, il y a une implantation scolaire avec une classe unique en primaire et en maternelle; elle est située Rue du Tiernay 1.

Depuis quelques années, la salle Sainte-Barbe acceuille les festivités de la jeunesse : kermesse, festival rock ... et autres banquets privés  

Plus d'infos sur la location de la salle de village :

Une promenade vous emmènera vers la Roche Mouselle, dont l'historique est relaté ci-dessus, sur une distance de 6 km (balisage losange bleu, au départ de l'église).

Sources

(documents disponibles à la Bibliothèque Communale de Bièvre)

JAVAUX, Jean-Louis, TANGHE, Astrid. Petit-Fays. In Le Patrimoine monumental de la Belgique. Wallonie. Arrondissement de Dinant. Volume 22, tome 1. Sprimont : Pierre Mardaga, 1996, p. 246-247.
LAMBOT, Jean-Pierre. L’histoire ancienne de Petit-Fays. Presse-Annonces, 31 décembre 1970.
SYNDICAT D’INITIATIVE DE BIEVRE. La Roche Mouselle : Petit-Fays.

Dernière actualité


Petit rappel pratique

Par ce petit mot, nous nous permettons de vous rappeler qu'en cette période de confinement, l'administration communale est fermée au public MAIS une permanence du service population est assurée tous les jours. Ceux-ci sont à votre service pour tout document qui vous souhaiteriez obtenir, des sacs bleus .... les modalités vous seront communiquées par téléphone au 061 239 660 (8-12 et 13-17h, du lundi au jeudi et 8-12h et 13-15h le vendredi)

Merci pour votre compréhension.

 

Actualités précédentes


|| COVID-19 – RDV ce soir 20h00 || 27/03 – 14h30

Voilà déjà deux semaines que la crise sanitaire liée au Coronavirus a débuté. J’espère qu’elle sera la plus courte possible.

C’est maintenant certain, il y aura un avant et un après cette crise. Nous verrons comment nous en sortons.
En attendant, la Belgique est à l’arrêt, le mode de vie de chacun a changé. Tout le monde cherche des manières de s’adapter à la nouvelle situation, tant au sein des noyaux familiaux que dans les structures publiques. C’est également ce que nous faisons quotidiennement, à la commune.
Voici donc encore une occasion pour moi de remercier mes colistiers qui m’ont épaulé, mais aussi le personnel communal, le DG, les membres de la cellule de crise (dont notre Planu, Cristel, mise à l’épreuve elle aussi), la DG et le personnel du CPAS pour leur réactivité, le personnel administratif pour son soutien quotidien, le personnel enseignant et d’encadrement pour la prise en charge des enfants, le personnel d’entretien qui rempli une mission importante dans ce contexte et les ouvriers communaux pour leur disponibilité.
Enfin, merci à TOUS, de manière générale, pour votre soutien, votre dévouement et votre professionnalisme !
Et surtout, merci à vous, citoyens bièvrois, qui êtes venus spontanément vers nous pour proposer vos services, votre talent ! Merci !
Cette pandémie est aussi l’occasion de mettre le doigt sur beaucoup de choses qui, j’ai l’impression, dysfonctionnent dans notre société :
- Des services de soins de santé au TOP mais manquant cruellement de moyens,
- La place de nos aînés qui, en cette période de confinement, sont parfois en détresse sociale.
Pour adoucir un peu leurs situations solitaires, nous avons commencé, depuis plusieurs, jours, à leur téléphoner (nous contactons les plus de 65ans, isolés), afin de les rassurer et de leur donner les numéros où ils pourront joindre une oreille attentive et disponible. Les couples seront également contactés dans les prochains jours. Si vous êtes d’ailleurs intéressé de créer une chaîne téléphonique (en quelque sorte, un parrainage) afin de maintenir un contact avec une ou plusieurs personnes, n’hésitez pas à nous en faire part !
- Notre façon de consommer, de nous déplacer et de gérer notre environnement proche,
- Bien d’autres choses encore…
Pour toutes ces raisons, je vous invite, ce soir à 20h, à sortir sur le pas de votre porte, à ouvrir une fenêtre, à aller sur votre terrasse… Pour faire un maximum de bruit. Vous pouvez applaudir, par exemple.
En effet, à 20h00, l’ensemble des cloches des différents villages de la commune de Bièvre sonneront pendant quelques minutes, signe de notre soutien à tous envers les services et le personnel de soins de santé, mais aussi envers toutes les personnes qui luttent à leur manière contre ce virus !
Ces cloches retentiront également afin de rappeler aux aînés de la commune que nous pensons à eux ! Pour les personnes âgées, l’église du village est un lieu d’identité, de contacts sociaux, de retrouvailles. Le son des cloches est aussi souvent chargé de souvenirs, d’émotions du passé. Aussi, l’entendre leur permettra de se remémorer ces souvenirs, mais également de leur rappeler que, malgré les circonstances et même s’ils se sentent isolés, ils ne sont pas seuls!
Aussi, les églises sonneront tous les jours (sauf les non-automatisées) jusqu’à la fin de cette crise. Lorsque vous les entendrez, n’hésitez pas à avoir une petite pensée pour nos aînés et pour tous ceux qui mettent la main à la pâte au quotidien !
On ne lâche rien, on tient bon, on y arrivera, l’union fait la force !
A bientôt.

Votre Bourgmestre f.f. Modave Michael

 
Collectes des déchets - rappel des consignes

Quelques consignes importantes, liées à l’observation de récentes dérives et ce, dans le but de garantir la sécurité des travailleurs de la collecte et le bon déroulement des tournées, dans le contexte de la crise que nous connaissons.

A cet égard, quelques rappels :

  1. Il n’est pas permis de déposer au pied du conteneur des sacs poubelles supplémentaires tout d’abord parce que tous les déchets doivent être pesés et donc se trouver dans le conteneur et ensuite par sécurité pour les travailleurs et afin de réduire leur charge de travail déjà conséquente en cette période.
  2. Compte-tenu de la réorganisation des tournées (afin de garantir les règles de distanciation sociales pour les travailleurs), les camions poubelles sont susceptibles de passer plus tôt que d’habitude. Les citoyens doivent donc de préférence sortir leurs sacs poubelles ou conteneur la veille de la collecte au soir.
  3. Le personnel du BEP souhaite exprimer ses remerciements à la population pour toutes les marques de sympathie reçues, soit tout au long des tournées (petits mots d’encouragements, dessins, …), soit par téléphone ou via les réseaux sociaux.
  4. À ce stade, sauf augmentation de l’absentéisme, il ne devrait pas y avoir de perturbations dans les collectes la semaine prochaine.

 

Le BEP en profite également, pour insister sur les mesures de précaution demandées au citoyen depuis le renforcement de la Phase 3 à savoir :

  • D’utiliser toujours un sac (non payant) pour mettre les déchets, avant de les mettre dans le conteneur.
  • De veiller à mettre les mouchoirs en papier usagés ainsi que les masques ou gants de protection dans les déchets résiduels.
  • De bien fermer les sacs.
  • De limiter la production de déchets verts, de les conserver à domicile ou, dans la mesure du possible, de les composter individuellement.
  • De stocker à domicile les déchets dangereux (habituellement acceptés dans les recyparcs) comme peintures, produits dangereux, diluants, emballage ou restes de pesticides ; ceux-ci ne peuvent en aucun cas être mis dans le sac de déchets ménagers ou le conteneur à puce.
    Cette disposition vaut également pour les déchets d’amiante qui doivent être conservés à domicile dans un emballage étanche fermé.
 

Agenda

Le 11 avril 2020 à partir de 10h00

Brocante au Jardin des Hiboux (Vôye du Sclassin 47 à Graide) le samedi 11 avril de 10 à 18H. Sur réservation. Info: 0495/723 823 www.jardindeshiboux.be

 
Le 18 avril 2020 à partir de 09h00

Rando quad « Des Trois Moulins ». Départ le samedi 18 avril entre 9 et 13H du Patro de Bièvre (rue des Wez 9A). Rando de 120 km dans la région de Bièvre avec déjeuner et dîner. Info: E. Maldague au 0478/599 873

 
Le 18 avril 2020 à partir de 09h30

Le tennis de table "Les Castors" vous invite à son cinquième Tournoi 3 raquettes en double.

  • Sports pratiqués : Tennis, tennis de table et badminton.
  • Date : Samedi 18 avril 2020 à partir de 10h00.
  • Présence des équipes requise à 9h30.
  • : Hall sportif à Carlsbourg (Rue de Bièvre 2).
  • Prix : 20 euros par équipe.

Matchs de 15 minutes, avec minimum 5 matchs par équipe.

Renseignements et inscriptions chez : Bruno Cambrai (0479/649 930) ou bruno_cambrai@hotmail.com
                                                      Aurélie Baijot (0497/265 896 ou aurelie.baijot@yahoo.be

 
Tous les événements

Recherche